Élaborer un programme en matière de bien-être positif et proactif améliore la vie de vos employés et le succès de votre entreprise. 

Les travailleurs canadiens sont physiquement et mentalement exténués et cela n'a pas seulement des répercussions sur leur santé et leur bien-être, mais aussi sur d'innombrables entreprises au Canada et ailleurs.

Selon un nouveau rapport, 47 % des travailleurs au Canada indiquent qu'ils sont exténués pendant une journée de travail typique, comparé à la moyenne mondiale de 39 %. Alors que les dirigeants d'entreprises canadiennes prennent des notes en augmentant leur soutien et la sensibilisation en matière de santé mentale, l'actualisation ou la rénovation des systèmes existants peuvent représenter un défi. Non seulement les besoins et les préoccupations des employés en matière de bien-être sont diversifiés et étendus, mais la COVID-19 a introduit une foule de nouvelles embûches tout en éliminant l'essentiel des interactions en personne au bureau. Il peut donc être très difficile de comprendre les besoins des employés en temps réel et d'y répondre. 

Cet article explore certaines stratégies réalisables pour créer un programme en matière de bien-être en milieu de travail et une culture fondamentale du bien-être. Une fois ce cadre de travail en place, votre entreprise peut mieux soutenir les employés tout en promouvant une meilleure fidélisation et un meilleur recrutement, une plus grande productivité et une culture en milieu de travail positive qui conduisent à un succès continu. 

L'analyse de cas des programmes en matière de bien-être pour les employés 

Un mauvais état de santé est l'un des principaux facteurs favorisant le « présentéisme », ce phénomène où les employés sont physiquement présents pendant la journée, mais ne sont pas productifs au cours de cette période. Près d'un employeur canadien sur trois et plus de la moitié des employés déclarent que le présentéisme est un « problème grave » sur le lieu de travail. De même, plus de 8 employés sur 10 déclarent volontairement avoir vécu du présentéisme

Le présentéisme est directement associé au bien-être de l'employé. Les personnes qui fument, qui ne mangent pas sainement ou qui ne font pas d'exercice, par exemple, ont un taux de présentéisme beaucoup plus élevé. L'état de dépression accélère aussi le présentéisme : les employés souffrant de dépression connaissent une augmentation de 131 % du présentéisme.

L'absentéisme a également une incidence significative et souvent à long terme sur le succès de l'entreprise. Quatre-vingt-dix pour cent des employeurs canadiens indiquent que l'absentéisme est « très coûteux » pour leur entreprise et que cela affecte négativement la productivité. Les employés qui se sentent souvent ou toujours « épuisés » au travail sont 63 % plus susceptibles de prendre des congés de maladie et ces chiffres n'ont fait qu'augmenter au cours de la pandémie. Parmi les employés canadiens, 32 % indiquent une augmentation du niveau de stress et 45 % l'attribuent au manque de séparation entre leur travail et leur vie personnelle.

Une diminution de la productivité sur le lieu de travail a un impact direct sur les entreprises et leurs résultats. Les entreprises canadiennes perdent environ 16,6 milliards de dollars en raison de l'absentéisme lié à la santé mentale.

En améliorant le bien-être des employés, votre entreprise peut atténuer certains de ces défis communs tout en récoltant une multitude d'avantages. Par exemple, les employés qui sont engagés et « qui jouissent de hauts niveaux de bien-être » sont 45 % plus susceptibles de s'adapter au changement; une compétence générale essentielle au cours d'une pandémie et en ce moment alors que les entreprises décident des prochaines étapes. Les employés plus adaptables peuvent assurer des responsabilités accrues sans subir de stress supplémentaire ou de problèmes de rendement. En revanche, ils sont plus enclins à s'acquitter de tâches nouvelles ou inconnues et de continuer à avancer. 

En général, les programmes en matière de bien-être des employés sont essentiels au succès des entreprises et de chaque employé. Entre la productivité améliorée, la réduction de l'absentéisme et du présentéisme ainsi que la fidélisation, pour chaque dollar dépensé sur les initiatives concernant le bien-être, le retour du capital investi moyen est de 1,62 $ au cours de la troisième année et augmente avec le temps. Il s'agit d'un défi trop grand ou d'un avantage trop important pour l'ignorer. 

Le bien-être des employés, un atout pour attirer les talents 

Non seulement le bien-être des employés est directement lié à la réduction de l'absentéisme et du présentéisme, mais un programme fort en matière de bien-être a une incidence sur le recrutement et la fidélisation des talents à long terme. Les employés épuisés sont 2,6 fois plus susceptibles de chercher activement un autre emploi, et remplacer un seul employé peut coûter aux employeurs jusqu'à 213 % du salaire de la personne, en fonction de son poste ou de son ancienneté. 

Une initiative en matière de bien-être positive et dynamique tend à avoir une incidence directe sur la culture de l'entreprise. Parmi les employeurs, 85 % estiment que ces programmes ont aidé à tout soutenir, de l'engagement des employés à la fidélisation en passant par la culture globale, ce qui aura de lourdes conséquences sur la capacité d'une entreprise à attirer des talents. Selon une étude Indeed, 43 % des chercheurs d'emploi au Canada indiquent que lire des avis positifs concernant la culture d'une entreprise, son environnement de travail et la façon dont elle traite ses employés est important pour le développement d'un sentiment de contacts positifs ou de camaraderie avec une entreprise auprès de laquelle ils envisagent de déposer une candidature*.

Les programmes en matière de bien-être aident aussi à renforcer la marque employeur d'une entreprise. Selon un sondage Indeed, 26 % des chercheurs d'emploi au Canada ont commencé à chercher un nouvel emploi parce qu'ils voulaient un meilleur équilibre vie professionnelle/vie personnelle**. En même temps, les candidats et les employés ont tendance à croire que les employeurs font passer la santé financière et la réputation de l'entreprise avant les salaires et l'équilibre vie professionnelle/vie personnelle. Cependant, cette perception pourrait empêcher les entreprises d'attirer les talents les plus qualifiés et ces dernières devront alors se contenter de candidats moins compétents. 

Un accent sur le bien-être général (la santé physique et mentale, l'équilibre vie professionnelle/vie personnelle et la stabilité financière par exemple) peut améliorer la marque de votre entreprise et affiner le recrutement. Une marque employeur qui souligne ses initiatives en matière de bien-être peut attirer l'engagement de candidats de très grande qualité et favoriser leur recrutement, raccourcir les périodes de manque de personnel et offrir aux entreprises plus d'options pour pourvoir chaque poste. 

Starbucks Canada est un bon exemple. En plus des ensembles d'avantages « Your Special Blend » pour les employés qui travaillent plus de 20 heures par semaine, Starbucks a récemment présenté LifeWorks, une plateforme et une application numériques misant sur le bien-être qui offrent des possibilités en matière de bien-être allant au-delà des programmes d'aide aux employés (PAE). L'aide couvre le bien-être mental, physique, social et financier incluant des services d'accompagnement illimités et des conseils financiers. 

Ces mesures s'ajoutent à l'engagement de longue date de Starbucks à la santé mentale et au bien-être. En 2006, l'entreprise a commencé à offrir une prestation pour la santé mentale de 5 000 $ qui est rapidement devenue l'avantage le plus activé par les employés. Plus récemment, Starbucks a offert des abonnements gratuits à l'application de méditation Headspace à ses travailleurs en plus de fournir un soutien pleine conscience en santé mentale à des milliers de directeurs de magasin. Ces mesures, couplées à d'autres politiques et avantages axés sur les employés, ont permis depuis longtemps à Starbucks de se positionner comme l'un des meilleurs endroits où travailler au Canada

Créer un programme en matière de bien-être efficace 

Voici les trois étapes clés que doivent suivre les employeurs afin de créer un programme en matière de bien-être efficace. 

Étape 1 : Déterminer les problèmes grâce à des évaluations internes 

Alors que partout dans le monde, les programmes d'entreprise en matière de bien-être ont une influence positive sur les employeurs et les employés, les entreprises ne fonctionnent pas toutes de la même façon. Au lieu de suivre des modèles de bien-être normatifs, commencez par mener des évaluations à l'interne parmi vos employés et vos intervenants. Quelles sont les plus grandes difficultés vécues par vos employés du point de vue du bien-être? 

  • Existe-t-il des problèmes de santé mentale comme la dépression et l'anxiété qui alimentent l'absentéisme et le présentéisme? 
  • Est-ce que les employés sont inquiets de leur stabilité financière? 
  • Est-ce que des maladies physiques ou le manque d'exercice et d'alimentation saine les empêchent d'atteindre un niveau de bien-être idéal? 
  • Est-ce que des individus ont de la difficulté à atteindre un équilibre positif entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle, à cause de la confusion qui se produit actuellement? 

Ou s'agit-il d'autre chose? Assurez-vous de prendre en compte tous les domaines du bien-être dans votre démarche, des considérations physiques et mentales plus traditionnelles aux défis familiaux et en matière de soins, aux préoccupations financières et autres embûches persistantes. 

Étape 2 : Représenter toutes les voix dans la conversation sur le bien-être 

Songez à mettre sur pied un comité interne représentant tous les niveaux et toutes les fonctions au sein de votre entreprise. Alors que vos démarches et évaluations initiales fourniront une vue générale des désirs, des besoins et des objectifs de vos employés, posséder une équipe diversifiée vous assure que ces informations sont correctement interprétées et mises en œuvre. Un cadre supérieur n'ayant plus d'enfants à la maison n'aura pas la même opinion sur les défis quotidiens de la garde d'enfants qu'un jeune parent. De la même manière, un travailleur plus âgé pourrait interpréter les demandes d'invalidité à court terme et les horaires plus flexibles différemment d'un jeune diplômé. Un groupe de discussion représentatif s'assurera que tous les angles et toutes les perspectives seront pris en compte et mis en œuvre. 

Étape 3 : Définir des indicateurs clés de rendement

Il est important de définir des indicateurs clés de rendement (ICR) clairs. Lancer un programme en matière de bien-être tout en tenant compte des objectifs généraux et prioritaires, en réduisant le présentéisme ou en augmentant la productivité par exemple, peut être difficile à suivre et à optimiser. Diminuer de 10 % le nombre de fumeurs actifs ou stimuler une perte de poids de 500 kilogrammes pour toute l'entreprise par exemple donnera une meilleure perspective sur l'engagement régulier et sa progression, ainsi que sur les éléments du programme qui ne sont pas attrayants ou clairs. Avec ces références en place, les responsables des ressources humaines ou des prestations peuvent surveiller le succès des indicateurs et modifier les buts, les offres et les objectifs afin de pouvoir répondre aux besoins des employés en temps réel. 

BP Canada excelle à définir ces paramètres et ces ICR. L'entreprise a récemment lancé le « défi un million de pas » encourageant les employés à marcher ou à courir au moins un million de pas au cours d'une année. Il a été ajouté à l'initiative « Elements for Life » existante, le programme en matière de bien-être de l'entreprise qui soutient le bien-être émotionnel, social et financier. En fonction de la participation, les employés peuvent remporter des contreparties, des incitatifs spéciaux et plus encore. 

En déterminant les principaux domaines de besoins et de soutien pour vos employés et en travaillant rapidement et efficacement pour mettre en place des initiatives ciblées, les décideurs au sein des ressources humaines et les chefs d'entreprise peuvent créer une culture du bien-être qui soutiendra, attirera et suscitera l'intérêt des talents tout en pavant la voie à une productivité et à un succès en continu.

* Sondage Indeed, n = 1 000

** Sondage Indeed, n = 1 300