Mise en situation pour un entretien d’embauche en crèche

Par l'équipe éditoriale d'Indeed

Mis à jour le 18 novembre 2022 | Publié le 6 décembre 2021

Mis à jour le 18 novembre 2022

Publié le 6 décembre 2021

L'équipe éditoriale d'Indeed est diversifiée et talentueuse. Elle est composée de rédacteurs, de chercheurs et de spécialistes qui ont accès aux données et aux informations d'Indeed pour fournir des conseils utiles afin de guider votre parcours professionnel.

Pour celles et ceux qui apprécient de travailler au contact des enfants, décrocher un poste en crèche constitue la voie royale pour allier profession et passion. Or, passer le cap de l'entretien d'embauche est une étape qui se prépare avec soin. Plus vous serez préparé et plus votre discours paraîtra fluide et naturel aux yeux du recruteur. Dans cet article, nous vous dirons comment vous préparer pour un entretien d'embauche en crèche, et nous vous expliquons pourquoi c'est important de bien se préparer ; nous vous proposons aussi quelques questions auxquelles il vous faudra savoir répondre.

Pourquoi il faut se préparer pour un entretien d'embauche en crèche

Pour décrocher un entretien, vous avez envoyé votre CV et une lettre de motivation à différentes crèches. Pour être sûr que votre CV attire l'attention de vos futurs employeurs, il a fallu faire attention à sa présentation. Vous avez réussi cette étape, la mise en situation de l'entretien d'embauche pourrait maintenant vous aider à réussir votre entretien.

Mettre toutes les chances de son côté pour obtenir un emploi en crèche

L'entretien d'embauche est le premier contact physique entre vous et le recruteur, que vous avez peut-être déjà eu au téléphone. C'est pourquoi il est très important de bien le préparer afin de faire la meilleure première impression possible. De plus, le monde de la petite enfance demande de faire preuve de nombreuses qualités personnelles, comme le sérieux et le sens de l'organisation. Ces qualités seront décelées par le recruteur s'il remarque que vous avez pris soin de préparer votre entretien.

Le fait de vous préparer permettra aussi de diminuer le stress, souvent tenace lors de ces entretiens. Le stress peut vous faire perdre tous vos moyens, et même vous faire rater votre rendez-vous. Pour éviter qu'une telle situation ne se produise, la préparation est essentielle. Veillez aussi à arriver en l'avance, surtout si c'est un lieu ou une ville que vous ne connaissez pas.

Comment se préparer à un entretien d'embauche en crèche

L'entretien est un moyen pour le recruteur de voir si, oui ou non, vous êtes la personne idéale pour sa crèche. Il va donc vous poser plusieurs questions tout au long de l'entretien. Elles lui permettront de découvrir votre parcours professionnel et vos compétences, mais aussi vos qualités personnelles, votre personnalité et votre capacité à travailler en équipe. Vous trouverez ci-dessous divers conseils et quelques-uns des enjeux auxquels vous devrez faire face lors d'un entretien d'embauche dans la petite enfance, qu'il s'agisse de questions d'ordre général ou de questions plus ciblées sur la petite enfance.

1. Se renseigner sur la crèche

Une fois le rendez-vous validé pour l'entretien, il vous faut vous préparer. Faites des recherches sur la crèche pour connaître le nombre de salariés et les pratiques pédagogiques mises en place. Vous pouvez aussi contacter la mairie pour obtenir plus d'informations. Vous serez ainsi prêt à répondre à la question : « Connaissez-vous notre crèche ? ». Il vous faut aussi veiller à votre tenue. Si vous êtes une femme, ne portez pas des vêtements trop moulants et essayez de vous attacher les cheveux. Si vous êtes un homme, soyez décontracté, mais soigné.

2. Parler de soi et de son parcours

La principale question posée par les recruteurs, et ce quel que soit le domaine dans lequel vous souhaitez travailler, sera sans nul doute « Parlez-moi de vous, de votre parcours. ». Elle permet de juger de vos compétences et de vos qualités personnelles, de vos centres d'intérêt, de votre motivation, mais aussi de votre capacité à vous exprimer de façon claire. Voici comment y répondre.

Structurez bien votre réponse, dites ce que vous faites actuellement puis parlez de vos éventuelles expériences passées. S'il s'agit d'un premier emploi, essayez en quelque sorte de donner vie à votre CV. Parlez de vos stages, de ce que vous y avez appris, de vos motivations. Vous pouvez aussi parler de vos centres d'intérêt, en prenant soin de choisir ceux qui sont en rapport avec votre emploi. La petite enfance demande une bonne condition physique : vous pouvez, par exemple, parler d'activités comme la randonnée, la natation ou la pratique d'un sport collectif.

3. Mettre en valeur ses points forts et reconnaître ses points faibles

Répondre à la question « Quelles sont vos forces et vos faiblesses ? » demande de faire preuve d'une grande franchise. Cependant, il faut savoir choisir ses mots pour ne pas se déprécier vis-à-vis du recruteur ni se montrer arrogant. En effet, cette question permet aux recruteurs de juger de votre capacité à mener à bien vos missions, sur le plan tant professionnel que personnel, avec vos collègues. Pour vous aider, listez en amont vos points forts et vos points faibles.

Pour répondre correctement, accompagnez vos échecs professionnels ou vos points faibles d'une solution ou d'une leçon que vous en aurez tirée. Par exemple, vous avez travaillé avec une famille anglaise, mais vous ne parliez pas anglais : la prise de contact et l'instauration d'une relation de confiance avec les parents ont été délicates. Mais aujourd'hui, vous prenez des cours d'anglais et êtes capable de faire face à ce genre de situation. Quant à vos points forts, prenez soin de ne pas en faire trop ; répondez toujours de façon honnête.

4. Montrer son sens de l'équipe

Avec la question typique « Pour vous, que signifie travailler en équipe ? », le recruteur cherche à connaître vos compétences relationnelles. Les auxiliaires de puériculture travaillent en équipe, c'est pourquoi il ne vous faut pas négliger cette question. Dans votre réponse, vous pouvez parler de vos expériences passées et aussi mentionner vos activités extra-professionnelles. Par exemple, évoquer votre travail associatif ou la pratique d'un sport collectif. Le but est de montrer ce que le travail en équipe vous apporte tant sur le plan professionnel que personnel.

Vous pourriez dire : « Pour moi, le travail en équipe est essentiel pour le bien-être des enfants. Chacun possède des qualités et des compétences qui lui sont propres. C'est un peu comme un sport d'équipe : c'est la complémentarité et l'entraide qui permettent d'avancer et de gagner. »

5. Prouver son sens de l'adaptation

La question classique « Pouvez-vous me dire ce qu'est l'adaptation ? » permet au recruteur de juger de vos compétences professionnelles spécifiques. Cela lui permettra aussi de connaître vos pratiques et vos préférences en termes de pédagogie. Enfin, avec cette question, il peut juger de votre empathie et de votre relationnel.

La réponse à cette question doit démontrer votre professionnalisme. Commencez par définir ce qu'est l'adaptation (une période d'accueil pour les nouveaux enfants et leurs parents), puis parlez de la façon dont vous gérez ces situations. Par exemple, vous pouvez dire : « Lors des périodes d'adaptation, j'aime prendre le temps de découvrir l'enfant, mais aussi les parents. Je suis disponible pour répondre à toutes leurs questions et je reste à l'écoute de leurs préoccupations et de leurs attentes. »

6. Évoquer son expérience sous un angle positif

« Citez-moi votre meilleure expérience à ce jour dans la petite enfance. » est une question qui peut vous être posée lors d'un entretien d'embauche d'auxiliaire de puériculture. Elle permet au recruteur de connaître vos expériences passées et de juger de votre motivation. Choisissez une expérience réussie (en tant qu'employé ou lors d'un stage), et montrez ce qu'elle vous a apporté, professionnellement parlant.

Par exemple, expliquez : « Lors de mon tout premier stage pour préparer mon diplôme d'auxiliaire de puériculture, j'ai dû faire face à un enfant qui n'était pas du tout rassuré à l'idée de venir en crèche et qui pleurait presque tout le temps. Mes collègues et moi avons pris la décision de rallonger la période d'adaptation avec les parents, et nous avons aussi demandé aux parents de nous apporter son doudou préféré pour qu'il se sente rassuré. Nous avons pris le temps nécessaire, et, petit à petit, l'enfant s'est complètement adapté : il était même ravi de venir. »

7. Affirmer votre professionnalisme et votre sens du contact humain

Grâce à une question de type « Vous êtes face à des parents anxieux de laisser leur enfant pour la première fois, comment réagissez-vous ? », le recruteur va juger vos compétences professionnelles pour faire face à une situation délicate. Il va aussi évaluer vos capacités relationnelles, très importantes dans le domaine de la petite enfance. Dans votre réponse, montrez que vous connaissez le fonctionnement d'une crèche, les étapes à respecter pour que l'accueil des enfants se fasse dans les meilleures conditions.

Vous pourrez répondre, par exemple : « Il n'est pas rare que les parents soient stressés par le fait de laisser leur enfant, surtout si c'est la première fois. C'est pourquoi il est important d'être à leur écoute et de prendre le temps de répondre à toutes leurs questions. Pendant la période d'adaptation, je m'attache à leur faire découvrir au mieux le fonctionnement de la crèche afin de les rassurer. »

8. Détailler vos motivations

« Pourquoi avoir choisi la petite enfance ? » est la question piège qui vous sera posée presque systématiquement en entretien d'embauche en crèche. Le recruteur cherche à connaître vos motivations réelles ainsi que vos qualités personnelles. Vous devrez être bien préparé pour convaincre lors de cette question. Évitez le classique : « J'aime les enfants ». Bien sûr qu'il faut les aimer, les enfants, pour travailler dans une crèche ! Mais ce n'est pas une motivation suffisante aux yeux d'un recruteur.

Parlez de vos qualités, par exemple : « Je suis quelqu'un de très patient, et cela ne me dérange pas d'expliquer plusieurs fois la même chose. Je suis aussi très dynamique, et je veux participer à l'éveil des enfants en leur proposant des activités ludiques. Enfin, le travail d'équipe ne me fait pas peur, et mon sens de l'organisation comme mon empathie me permettent de m'intégrer facilement à une nouvelle équipe. »

À lire également : Que savoir du CAP petite enfance ?

Découvrir d'autres articles