Tout ce que vous devez savoir pour devenir chaudronnier ou chaudronnière

Par l'équipe éditoriale d'Indeed

Mis à jour le 21 novembre 2022

Publié le 29 juin 2021

L'équipe éditoriale d'Indeed est diversifiée et talentueuse. Elle est composée de rédacteurs, de chercheurs et de spécialistes qui ont accès aux données et aux informations d'Indeed pour fournir des conseils utiles afin de guider votre parcours professionnel.

C'est l'un des plus anciens métiers du monde, que l'on retrouve dans quasiment tous les secteurs. Parfois méconnu, il s'agit pourtant d‘un savoir-faire essentiel omniprésent dans nos maisons (appareils électroménagers et chaudières) et indispensable à l'industrie (cuves et citernes). Le chaudronnier et la chaudronnière sont les spécialistes du métal, qu'ils savent travailler. Ils connaissent également les outils et les machines qui lui donnent forme, de même que les techniques et les gestes pour le transformer. Ils travaillent manuellement mais sont de plus en plus assistés par des machines.

Qu'est-ce qu'un chaudronnier ?

Le chaudronnier et la chaudronnière – aussi appelés opérateurs en chaudronnerie, artisans en chaudronnerie, techniciens en chaudronnerie, ou encore, opérateurs en structures métalliques – sont spécialisés dans la réalisation d'objets en métaux qui permettent la fabrication d'équipements utilisés dans des secteurs très divers comme l'automobile, l'aéronautique, l'industrie spatiale, la construction navale ou ferroviaire, l'alimentaire ou encore le nucléaire.

Traditionnellement, le chaudronnier et la chaudronnière travaillent le cuivre, l'acier, le zinc, le laiton et le plomb. Aujourd'hui, ils sont aussi amenés à travailler l'acier inoxydable, l'aluminium, le titane et, parfois même, le plastique. Avec des matériaux si variés, il s'agit d'un métier présent dans quasiment tous les secteurs : c'est un savoir-faire fondamental et absolument essentiel pour l'industrie.

La chaudronnerie : l'art de donner forme aux métaux

Le chaudronnier et la chaudronnière travaillent à partir de dessins. Ils reportent les informations des plans sur les matériaux en effectuant des tracés précis, grandeur nature, puis ils procèdent à des découpes avec des outils comme la cisaille ou le chalumeau. Ils cherchent ensuite à donner forme au métal en utilisant certaines techniques comme le cintrage ou le pliage. Enfin, grâce à la soudure, ils montent les différentes parties ensemble et créent la pièce ou l'objet demandé. Un contrôle est effectué pour s'assurer de la qualité du résultat.

Leurs outils peuvent être manuels mais sont de plus en plus numériques. Les machines utilisées sont dorénavant assistées par ordinateur, à l'instar des scanners de découpe ou des plieuses numériques. Les métaux les plus souvent travaillés sont l'acier, le cuivre et le plomb.

Les spécialisations

Au début du XXème siècle la chaudronnerie comprenait deux grands ensembles : la chaudronnerie en cuivre et la chaudronnerie en fer. Les spécialisations sont aujourd'hui différentes car elles dépendent de l'épaisseur du métal travaillé. Il existe ainsi :

  • la chaudronnerie légère et la ferblanterie, pour le travail des métaux d'une épaisseur inférieure à 1mm, comme les appareils électroménagers ;

  • la tôlerie, employée dans l'industrie automobile ou encore l'aviation, pour le travail des métaux d'une épaisseur comprise entre 1 et 3 mm ;

  • la chaudronnerie moyenne, dont on se sert pour la fabrication des citernes, des chaudières ou des réservoirs par exemple, et qui se définit par le travail des métaux d'une épaisseur comprise entre 10 et 50 mm ;

  • la chaudronnerie lourde ou grosse chaudronnerie, pour le travail des métaux dont l'épaisseur se situe entre 50 et 500 mm. Cette dernière spécialisation permet la fabrication des réservoirs de stockage de l'industrie pétrolière ou des réacteurs nucléaires.

En fonction de ces spécialisations le lieu de travail n'est pas le même. Le travail se fait en atelier pour la chaudronnerie légère ou moyenne, tandis qu'il se déroule souvent sur chantier pour la chaudronnerie lourde.

Quel parcours suivre pour devenir chaudronnier ?

Plusieurs voies d'accès sont possibles pour devenir chaudronnier. Ici, nous vous indiquons comment procéder pour intégrer une formation ou une filière scolaire.

Les études à entreprendre

Les voies d'accès sont nombreuses pour devenir chaudronnier. Elles sont accessibles à des niveaux d'étude très variés.

  • Un CAP Réalisations industrielles en chaudronnerie, Soudage option chaudronnerie, Construction d'ensembles chaudronnés, Conduite de systèmes industriels ou Composites plastiques chaudronnés. Ces formations sont accessibles après la classe de 3ème et durent 2 ans.

  • Un bac professionnel Technicien en chaudronnerie industrielle, Réalisation d'ouvrages chaudronnés et de structures métalliques, Technicien outilleur ou Technicien en chaudronnerie industrielle. Ces formations durent 2 ans si elles font suite à un CAP mais elles sont, bien sûr, accessibles après la 3ème. Dans ce cas, elles durent 3 ans. À ce diplôme peut éventuellement s'ajouter une mention complémentaire (MC) Technicien en chaudronnerie aéronautique et spatiale.

  • Le BTS Conception et réalisation en chaudronnerie industrielle ou Fonderie donne accès à des niveaux de postes plus élevés. Ces formations durent encore 2 ans et sont accessibles après un bac STI2D (innovation technologique et éco conception ou architecture et construction), un bac général ou un bac professionnel technicien en chaudronnerie industrielle.

Les CAP et les bacs professionnels sont des formations qui se font, en général, en alternance. Il s'agit du mode de formation qui est favorisé. Les étudiants alternent ainsi entre formation théorique et formation pratique, pendant laquelle ils sont rémunérés. Cet apprentissage est très formateur et de plus en plus répandu, car il permet une excellente insertion professionnelle.

Pour aller plus loin

Une fois en activité, il est possible de se spécialiser et de développer sa carrière grâce aux certificats de qualification paritaires de la métallurgie (CQPM), afférents à la chaudronnerie : le CQPM chaudronnier d'atelier, le CQPM chaudronnier aéronautique et le CQPM chaudronnier polyvalent.

Quelles sont les qualités indispensables du chaudronnier et de la chaudronnière ?

La variété des tâches requiert, une variété de compétences pour être chaudronnier, voici la description de certaines d'entre elles :

Être à l'aise avec l'informatique

Aujourd'hui, la plus grosse partie du travail est assistée par ordinateur. Ainsi, le chaudronnier et la chaudronnière utilisent des outils comme le traçage assisté par ordinateur (TAO) et la conception assistée par ordinateur (CAO). Il faut donc être disposé à apprendre comment fonctionnent ces outils informatiques.

Se représenter facilement des formes dans l'espace

Pour pouvoir réaliser les pièces et les objets, le chaudronnier et la chaudronnière doivent pouvoir comprendre les dessins en se les représentant dans l'espace. Lire et se représenter facilement la géométrie est une qualité fondamentale.

Être très méticuleux

Comme beaucoup de métiers manuels, il s'agit d'un travail qui exige une grande rigueur, une habileté remarquable et une précision irréprochable. Les produits finis doivent pouvoir passer les contrôles de qualité exigés. Par ailleurs, la profession est régie par des normes strictes de sécurité qu'il faut savoir respecter.

Avoir une bonne résistance physique

Le chaudronnier et la chaudronnière peuvent être amenés à déplacer des objets ou des machines relativement lourds. C'est aussi un travail qui se fait en station debout, il faut donc être en bonne condition physique et apprécier d'être toujours en mouvement.

Aimer travailler en équipe

Il est préférable d'avoir le sens du travail en équipe lorsque l'on souhaite devenir chaudronnier. Il faut pouvoir collaborer avec différents corps de métiers, des spécialistes dans des domaines différents, et apprendre à travailler ensemble.

Pourquoi devenir chaudronnier ?

La chaudronnerie offre un large éventail de débouchés. Les avantages sont nombreux, mais il s'agit tout de même d'un métier exigeant. Voici les avantages du métier de chaudronnier.

Un métier difficile mais valorisant

Le travail de chaudronnier demande souvent d'adopter une posture debout et se fait dans le bruit des machines, souvent dans la poussière. Le chaudronnier doit de surcroît travailler avec des équipements de sécurité parfois incommodes. Les conditions de travail ne sont donc pas optimales.

Cependant, comme beaucoup de métiers manuels, en plus d'être très recherché, car indispensable dans tous les secteurs de l'industrie, il s'agit d'un métier de savoir-faire, ce qui est très valorisant. Par ailleurs, le fait de travailler au sein d'une équipe comportant différents corps de métiers, de collaborer et d'échanger pour la production des pièces est un aspect attrayant.

Un salaire intéressant

Si vous voulez savoir combien gagne un chaudronnier, sachez que le salaire brut mensuel moyen s'élève à 2 181 euros brut par mois. En début de carrière, le salaire d'un chaudronnier tourne autour de 1 600 euros brut par mois. Avec plus d'expérience et de qualifications, le salaire peut aller jusqu'à 4 470 euros. Cependant, en France,

De nombreux débouchés

C'est une profession qui recrute et qui est très demandée. Il arrive même que les candidats manquent et que les postes ne soient pas pourvus. Les débouchés sont donc nombreux et variés. Le chaudronnier et la chaudronnière peuvent choisir de travailler dans le secteur industriel, mais aussi dans l'artisanat métallurgique.

Des possibilités d'évolution

Avec une dizaine d'années d'expérience, la carrière du chaudronnier peut évoluer vers un poste de cadre, comme chef d'atelier ou contremaître, où ils devront diriger une petite équipe. Il est également possible de suivre une formation supplémentaire pour se spécialiser et travailler en tant que dessinateur ou chargé de méthodes. Enfin, le chaudronnier et la chaudronnière peuvent choisir de s'installer à leur compte en créant leur propre entreprise.

Si le métier vous intéresse, consultez dès maintenant les offres d'emploi de chaudronnier disponibles pour en savoir davantage sur les postes proposés actuellement.

Les salaires énoncés reflètent les informations sur la rémunération répertoriées sur Indeed au moment de la rédaction. Ces derniers peuvent varier en fonction de l'organisation qui recrute ainsi que de l'expérience, de la formation et du lieu de résidence du candidat.

Découvrir d'autres articles