7 étapes clés pour devenir contrôleur de la RATP

Par l'équipe éditoriale d'Indeed

Publié le 25 juillet 2022

L'équipe éditoriale d'Indeed est diversifiée et talentueuse. Elle est composée de rédacteurs, de chercheurs et de spécialistes qui ont accès aux données et aux informations d'Indeed pour fournir des conseils utiles afin de guider votre parcours professionnel.

Le métier de contrôleur de la RATP vous tente ? Responsable du transport de 11 millions de passagers par jour, la Régie autonome des transports parisiens recherche régulièrement de nouvelles recrues. Dans cet article, apprenez tout sur le processus d'intégration de la RATP, les profils recherchés ainsi que les compétences nécessaires.

Devenir contrôleur de la RATP : en quoi cela consiste-t-il ?

Devenir contrôleur de la RATP consiste à intégrer la société de transport francilienne pour assister les passagers et vérifier leurs titres de transport. Ces contrôles ont lieu de manière aléatoire. Ils visent à assurer la régularité des paiements des trajets assurés par les transports publics.

Le système de vérification fonctionne comme suit :

  1. Les passagers achètent un titre de transport (ticket ou abonnement).

  2. Les passagers valident leur titre, soit via les tourniquets à l'entrée des stations, soit via les dispositifs dédiés à chaque montée dans un bus ou un tram.

  3. Une équipe composée d'au moins 3 contrôleurs entre dans le véhicule et vérifie les titres de transport. Parfois, l'équipe se positionne aussi à la sortie des stations de métro ou de RER. Quoi qu'il en soit, une amende est infligée lorsqu'un passager voyage sans titre valide.

Outre leurs titres de transport, le contrôleur veille également au confort et à la sécurité des usagers. Il intervient en cas de conflit ou d'incivilité, reporte toute dégradation des équipements et aide les personnes qui nécessitent une assistance.

7 étapes pour devenir contrôleur de la RATP

Vous envisagez de devenir contrôleur ou contrôleuse de la RATP ? Le groupe recrute des publics aux profils variés. Voici 7 étapes pour vous aider dans ce projet.

1. Remplir les prérequis

Afin de pouvoir intégrer le poste de contrôleur au sein de la RATP, vous devez en premier lieu remplir quelques prérequis :

  • avoir au moins 18 ans ;

  • être titulaire du permis B (avec boîte manuelle) depuis au moins 6 mois ;

  • posséder un casier judiciaire vierge pour pouvoir recevoir l'assermentation délivrée par le Tribunal de grande instance de Paris ;

  • n'avoir aucun diplôme ou avoir un diplôme inférieur à un niveau bac +2 ;

  • justifier d'une expérience professionnelle d'au moins un an dans les secteurs de la sécurité ou la médiation, ou davantage dans la relation clientèle.

2. Répondre à une offre

Vous correspondez aux prérequis ? Dirigez-vous vers les offres d'emploi de contrôleur RATP pour y répondre directement. Vous devrez remplir un formulaire, fournir un CV et une lettre de motivation. Un chargé de recrutement examinera ensuite votre candidature.

À lire également :

  • Comment rédiger une lettre de motivation : le guide

  • Les clés de la rédaction d'un CV cohérent et pertinent

3. Réussir les tests de sélection

Si votre candidature est retenue, vous recevrez une invitation à passer des tests de sélection sur une matinée. Ces tests psychotechniques visent à vérifier vos aptitudes cognitives, votre maîtrise du français et votre capacité à travailler en équipe. Ils peuvent notamment prendre la forme de tests de logique, de mathématiques et de français. De nombreuses ressources en ligne ou papier peuvent vous aider à vous y préparer.

Les résultats de ces tests vous sont communiqués à l'issue de la matinée. En cas de réussite, une présentation de la RATP et du poste de contrôleur ou contrôleuse se déroule l'après-midi même.

4. Passer un entretien

Une fois les tests passés avec succès, un entretien avec un recruteur vous est proposé. Comme tout entretien d'embauche, celui-ci a pour but de tester vos motivations, votre intérêt pour le groupe RATP et le poste de contrôleur.

La décision du recruteur vous sera communiquée soit le jour même, soit en différé.

À lire également :

  • Question d'entretien : « Pourquoi voulez-vous travailler chez nous ? »

  • Points forts et points faibles : comment aborder cette question lors d'un entretien

5. Se rendre à la visite médicale d'embauche

En cas d'avis favorable à la suite de votre entretien, vous recevrez une convocation pour une visite médicale d'embauche. Un médecin du travail vous examinera afin d'évaluer votre aptitude à exercer l'activité de contrôleur. Celle-ci nécessite en effet une bonne résistance à la fois physique et nerveuse.

6. Signer son contrat de travail

Si tous les feux sont au vert, félicitations, vous pourrez intégrer la RATP ! Pour cela, l'équipe des ressources humaines vous invitera à signer votre contrat de travail. Elle vous indiquera également toutes les informations utiles à votre prise de poste.

7. Suivre une formation interne

Idéalement, les candidats au titre de contrôleur possèdent déjà des diplômes relatifs à la sécurité ou à la relation client (BP d'agent technique de sécurité dans les transports, ou CAP Agent de sécurité).

Néanmoins, ce n'est pas une obligation puisque vous recevrez des formations théoriques et pratiques adaptées à votre future activité. Vous aurez par ailleurs des suivis réguliers avec votre supérieur. Enfin, vous aurez un référent assigné pour mieux vous accompagner durant votre première année.

Une fois toutes ces étapes validées, vous accéderez pour de bon à l'opportunité de devenir contrôleur de la RATP.

Pourquoi devenir contrôleur de la RATP ?

Pouvant être parfois perçu comme un « ennemi », le contrôleur est, avant tout, là pour veiller à la sécurité des passagers. En achetant et en validant leurs titres de transport, ces derniers indiquent ainsi à la RATP l'affluence réelle à chaque arrêt. En échange, l'entreprise peut adapter son offre de transport en renforçant, par exemple, le trafic durant les pics de fréquentation (les fameuses « heures de pointe »).

Le contrôleur ou la contrôleuse a aussi une mission de prévention contre les fraudes. Avec des contrôles aléatoires et une amende à la clé, cela peut dissuader certains passagers de voyager sans titre valide. En s'acquittant des frais d'achat, les usagers participent aux coûts de maintien et d'entretien des infrastructures.

Enfin, contrairement à l'idée reçue, les contrôleurs et contrôleuses n'ont pas pour objectif premier de distribuer des amendes. En plus de la sécurité, ils garantissent la fluidité du trafic. Ils peuvent aussi renseigner les passagers sur les différentes options de transport du réseau RATP et leur portent assistance, en cas de besoin.

Quelles sont les compétences pour devenir contrôleur des titres de transport ?

Bien qu'accessible sans diplôme, le métier de contrôleur de la RATP n'en demande pas moins certaines compétences, parmi lesquelles :

  • Le sens du dialogue : expliquer, argumenter, négocier… Outre les fraudeurs volontaires, bon nombre de passagers ne comprennent pas toujours leurs torts. Des compétences en communication et une bonne dose de pédagogie seront ainsi nécessaires pour qu'ils acceptent de coopérer.

  • La relation commerciale : au service des passagers pour les aider tant au niveau des informations que dans leur mobilité, vous représentez également la RATP auprès de ses usagers. Vous devez donc maîtriser la relation client et toujours faire preuve de courtoisie.

  • La gestion des conflits : sans doute un des aspects les plus difficiles du métier, les situations conflictuelles sont pourtant à prévoir. Savoir les gérer et les désamorcer à la fois avec tact et fermeté est tout un art qui vous permettra d'exercer dans de meilleures conditions.

  • Le travail en équipe : pour des questions de sécurité et de logistique, le contrôleur n'opère jamais seul. De ce fait, vous effectuerez toujours vos inspections en compagnie d'au moins deux autres coéquipiers avec lesquels vous devrez collaborer.

Combien gagne un contrôleur de la RATP ?

D'après les données partagées sur Glassdoor, un contrôleur de la RATP gagne en moyenne 26 305 € par an, soit environ 2 192 € mensuels. Bien sûr, ce salaire varie en fonction de l'ancienneté et de primes qui peuvent s'additionner.

Après plusieurs années de service, le contrôleur ou la contrôleuse peut devenir responsable d'équipe. Il ou elle peut également évoluer au sein de la RATP vers d'autres postes tels que la formation, l'accueil du public, voire la maintenance ou la conduite de véhicules. Dès lors, sa rémunération évolue, elle aussi, logiquement.

Vous savez à présent comment devenir contrôleur de la RATP. Dans le cas où vous souhaitez entamer la procédure de candidature, sachez que la société de transports organise régulièrement des sessions de recrutement. Nous vous souhaitons le meilleur à venir et une carrière sur les rails !

Veuillez noter qu'aucune des sociétés, institutions ou organisations mentionnées dans cet article n'est affiliée à Indeed.

Les salaires énoncés reflètent les informations sur la rémunération répertoriées sur les sites de référence au moment de la rédaction. Ces derniers peuvent varier en fonction de l'organisation qui recrute ainsi que de l'expérience, de la formation et du lieu de résidence du candidat.

Découvrir d'autres articles