Formations aux métiers de la nature

Par l'équipe éditoriale d'Indeed

Publié le 3 juin 2022

L'équipe éditoriale d'Indeed est diversifiée et talentueuse. Elle est composée de rédacteurs, de chercheurs et de spécialistes qui ont accès aux données et aux informations d'Indeed pour fournir des conseils utiles afin de guider votre parcours professionnel.

La nature vous passionne, vous aimez travailler au grand air et consacrer votre énergie à la protection de l'environnement ? Pourquoi ne pas entreprendre une formation pour travailler dans le domaine de la nature ?

Dans cet article, découvrez 8 métiers différents pour vivre de la terre, protéger la nature, étudier l'environnement et toutes les formations qui vous permettent d'y accéder.

Se former pour cultiver et vivre de la terre

Si vous aimez travailler avec les produits qu'offre la nature, de nombreux métiers sont accessibles. Fruits, légumes, fleurs, semences, produits de la mer ou encore élevage… les domaines d'activité sont multiples et variés.

Travailler comme fleuriste

Intermédiaire entre l'horticulteur et le client final, le ou la fleuriste travaille dans le commerce. Technicien, artiste et commerçant, ce professionnel utilise ses connaissances en botanique, son amour des fleurs et son sens de l'esthétique pour conseiller au mieux sa clientèle.

Le métier de fleuriste est ouvert après un CAP, mais il est possible de poursuivre ses études jusqu'au niveau Bac ou Bac +2.

Voici quelques exemples de formations que vous pourriez suivre pour devenir fleuriste ou continuer votre carrière dans le métier de la vente de végétaux :

  • CAP Fleuriste ;

  • BP Fleuriste ;

  • BM Fleuriste ;

  • Bac professionnel Métiers du commerce et de la vente ;

  • BTSA Technico-commercial jardin et végétaux d'ornement.

Être maraîcher

Le maraîcher ou la maraîchère cultive ses plants de légumes ou de fruits en plein champ ou sous serre. Il prépare les sols, sème les graines, récolte les végétaux destinés à la consommation et les conditionne pour la vente.

Cet amoureux de la terre et du travail manuel peut être salarié dans une entreprise maraîchère ou être indépendant et vendre ses récoltes directement au client final sur les marchés.

Pour accéder à ce métier au plus près de la nature, différents parcours de formation sont possibles, du CAP au Bac +3 :

  • CAP agricole Métiers de l'agriculture ;

  • BPA (Brevet Professionnel Agricole) Travaux des productions horticoles spécialité horticulture ornementale et légumière ;

  • BP REA (responsable d'exploitation agricole) ;

  • BP (Brevet Professionnel) Responsable de productions légumières, fruitières, florales et pépinières ;

  • Bac pro Conduite de productions horticoles ;

  • BTSA Production horticole ;

  • Licence professionnelle mention Productions végétales ;

  • Licence professionnelle mention Gestion des organisations agricoles et agroalimentaires ;

  • Licence professionnelle mention Agriculture biologique : production, conseil, certification et commercialisation ;

  • Licence professionnelle mention Agronomie.

Devenir agronome

Une ingénieure ou un ingénieur agronome met ses compétences au service des agriculteurs et des éleveurs. Grâce à son expertise, elle ou il trouve des solutions innovantes pour permettre aux professionnels de la terre de mettre en place des procédés respectueux du vivant, tout en étant compétitifs.

Qu'il améliore la qualité des semences, développe de nouvelles variétés de plantes plus résistantes ou aide à choisir un matériel spécifique, l'agronome est un scientifique de terrain.

Pour devenir agronome, il est nécessaire d'avoir un diplôme d'ingénieur en sciences agronomiques (Bac +5). Plusieurs écoles spécialisées existent dans toute la France :

  • AgroParisTech ;

  • Agrocampus Ouest ;

  • Ensat Toulouse ;

  • Agrosup Dijon ;

  • VetAgroSup Clermont Ferrand ;

  • UniLaSalle Beauvais ;

  • Bordeaux Sciences Agro ;

  • Ensaia Nancy ;

  • Montpellier SupAgro ;

  • Oniris Nantes ;

  • Esa Angers.

Les parcours pour entretenir et protéger la nature

Si vous souhaitez prendre soin de la nature et travailler en extérieur, de nombreux métiers s'offrent à vous.

Devenir bûcheron

Aussi appelé ouvrier forestier ou agent d'exploitation forestière, ce professionnel du bois se charge de la coupe des arbres. Il ou elle détermine l'ordre d'abattage des résineux et des feuillus et organise le chantier, la sécurité de la zone de travail et le transfert du bois.

Les bûcherons travaillent principalement pour l'Office National des Forêts (ONF) ou des collectivités territoriales et leur travail permet aux forêts de se renouveler et de se développer. Ce métier est parfait pour les amoureux de la nature, aimant travailler au grand air et avoir une activité physique intense.

Pour devenir bûcheron, plusieurs formations existent, du CAP au baccalauréat :

  • CAP agricole Travaux forestiers, spécialité bûcheronnage ou sylviculture ;

  • BPA (Brevet Professionnel Agricole) Travaux forestiers option travaux de bûcheronnage ou travaux de sylviculture ;

  • Bac pro Forêt ;

  • Bac professionnel Responsable de chantier forestier.

S'orienter vers le métier de garde forestier

Le garde forestier ou la garde forestière gère la surveillance et l'entretien des forêts. Par son travail, il ou elle sensibilise les populations, lutte contre le braconnage ou l'exploitation de la flore et fait de la prévention contre les différentes formes de pollution. Ce professionnel de la nature est à la fois le policier de la forêt et son médecin. Il surveille sa santé et intervient quand une maladie apparait sur un arbre.

Pour devenir garde forestier, il est obligatoire de passer le concours organisé par l'ONF entre 16 et 25 ans. Pour se préparer au concours, il est possible de s'engager dans les cursus suivants :

  • BEPA (Brevet d'Études Professionnelles Agricoles) Aménagement de l'espace spécialité travaux forestiers ;

  • CAPA (Certificat d'Aptitude Professionnelle Agricole) Travaux forestiers ;

  • Bac pro Forêt.

Travailler comme paysagiste

Le rôle du paysagiste est de concevoir des aménagements paysagers. Son sens de l'esthétisme et sa connaissance parfaite des végétaux lui permettent de concevoir une solution belle et viable pour le site qu'il doit transformer ou aménager.

Le ou la paysagiste, que le monde végétal passionne, s'entoure de professionnels de l'aménagement (architectes, urbanistes, ingénieurs) ou d'experts en plantes (pépiniériste, horticulteur) pour réaliser des projets d'extérieur qui tiennent dans le temps.

Pour devenir paysagiste, plusieurs parcours sont envisageables. Le métier est accessible dès le baccalauréat, mais l'obtention de diplômes Bac +2, Bac +3 ou Bac +5 permettent d'accéder à des postes à responsabilités plus facilement. Il importe également de souligner que la profession n'est pas réglementée. En théorie, n'importe qui peut se déclarer jardinier-paysagiste, sans aucune formation.

Au niveau Bac, 2 parcours existent :

  • Bac pro Aménagements paysagers ;

  • CS (Certificat de Spécialisation) Constructions paysagères.

Le niveau Bac +2 ou 3 permet d'accéder aux postes de conducteur de travaux paysagers, chef de chantier espaces verts, chef jardinier, chef d'entreprise en espaces verts ou technicien supérieur en bureau d'études.

Voici quelques exemples de parcours :

  • BTSA Aménagements paysagers ;

  • Licence pro mention Aménagements paysagers : conception, gestion, entretien ;

  • Bachelor d'assistant paysagiste (ESAJ) ;

  • Licence pro mention Gestion des organisations agricoles et agroalimentaires ;

  • CS (Certificat de Spécialisation) Collaborateur du concepteur paysagiste.

Un niveau Bac +5 donne accès au métier de concepteur du paysage, qui est le seul qui soit réglementé. Pour cela, il faut décrocher un Diplôme d'État de Paysagiste (DEP) après avoir étudié dans une école de paysage.

Voici quelques-unes des institutions les plus connues en France :

  • École nationale supérieure du paysage (ENSP) de Versailles ;

  • Écoles nationales supérieures d'architecture et de paysage (Ensap Bordeaux, Ensap Lille) ;

  • Institut national supérieur des sciences appliquées INSA Centre-Val de Loire.

Étudier la nature et l'environnement

Si vous souhaitez étudier l'environnement, plusieurs carrières sont possibles.

Être naturopathe

Le ou la naturopathe, par des méthodes naturelles, prend soin de la santé de ses patients en appréhendant les personnes dans leur globalité. À l'aide d'un bilan de vitalité, couvrant les habitudes alimentaires, l'activité physique, la qualité du sommeil et l'état psychique, le ou la naturopathe est capable de dispenser des conseils d'hygiène de vie menant à un bien-être général. Ses conseils peuvent être variés et concerner la nutrition, l'hydrologie, la phytothérapie (soin par les plantes), les médecines naturelles, la luminothérapie et les compléments alimentaires à base de végétaux.

Si la profession tend à se développer fortement, ce métier reste encore non reconnu par l'État. Cela signifie qu'il est possible de suivre des formations pour acquérir les compétences nécessaires à l'exercice de la naturopathie, mais qu'il n'existe pas de diplôme reconnu.

Seul le CFPPA (Centre de Formation Professionnelle et de Promotion agricole) d'Hyères propose, dans le cadre de la formation continue, un titre reconnu : conseiller en naturopathie (niveau bac +2).

Il existe néanmoins 8 écoles spécialisées en naturopathie, reconnues par la FENA (fédération française de naturopathie) :

  • l'Académie de Vitalopathie ;

  • l'Aesculape ;

  • l'École Anindra ;

  • le CENATHO ;

  • l'École Dargère Univers ;

  • Euronature ;

  • l'Institut Hildegardien ;

  • ISUPANAT.

Travailler comme botaniste

Le ou la botaniste est un scientifique spécialiste de la biologie végétale. Il étudie tout le monde végétal (plantes, fleurs, fruits, légumes, arbres) dans leur environnement naturel. Il ou elle cherche à connaitre, vérifier, décrire, classer, rédiger et cultiver afin de protéger la flore et d'utiliser ses bienfaits à des fins médicales.

Ce scientifique travaille sur le terrain pour observer et récolter des échantillons. Mais il est aussi bien souvent enseignant-chercheur, donne des cours à l'université, conduit des projets de recherche, publie des articles scientifiques et donne des conférences.

Les botanistes sont issus d'une filière universitaire et peuvent exercer leur métier après un master ou un doctorat ou intégrer une grande école d'ingénieur.

Voici quelques parcours de masters possibles :

  • Master biologie intégrative et physiologie végétale ;

  • Master biologie végétale ;

  • Master génomique et productivité végétale ;

  • Master biologie et valorisation des plantes ;

  • Master biodiversité, écologie et évolution.

Si vous souhaitez travailler en contact avec la nature, de nombreux métiers sont possibles et les formations pour y arriver sont diverses et variées.

À lire également :

  • Exemple de CV en biologie : comment bien rédiger

  • Comment devenir fleuriste ?

  • Le guide de la formation du botaniste

Veuillez noter qu'aucune des sociétés, institutions ou organisations mentionnées dans cet article n'est affiliée à Indeed.

Découvrir d'autres articles