Qu'est-ce que la chaudronnerie ?

Par l'équipe éditoriale d'Indeed

Mis à jour le 24 janvier 2023

Publié le 23 juillet 2021

L'équipe éditoriale d'Indeed est diversifiée et talentueuse. Elle est composée de rédacteurs, de chercheurs et de spécialistes qui ont accès aux données et aux informations d'Indeed pour fournir des conseils utiles afin de guider votre parcours professionnel.

Bien que pilier de l'industrie, le secteur de la chaudronnerie reste assez méconnu du grand public. Située entre l'artisanat et le travail industriel, la chaudronnerie offre de nombreuses opportunités d'emploi. Découvrons ensemble cette discipline, qui suscitera peut-être en vous une vocation ! Dans cet article, nous réaliserons un tour d'horizon de la chaudronnerie et présenterons le métier de chaudronnier.

Qu'est-ce que la chaudronnerie ?

La chaudronnerie est la branche industrielle qui couvre les métiers liés à la manipulation des métaux. Les différents métiers du secteur (chaudronnier, soudeur, tuyauteur) fabriquent divers équipements techniques en métal destinés à des secteurs variés que nous détaillerons ci-après.

La chaudronnerie est à l'origine de la création de pièces sur-mesure destinées à différents usages selon le secteur (par exemple, tuyaux, pièces de pont ou de machine). Le secteur a connu une forte évolution liée aux progrès technologiques et il bénéficie aujourd'hui de matériel de pointe pour assurer des créations parfaitement adaptées et sécuritaires.

Les métaux et secteurs de la chaudronnerie

La chaudronnerie est une industrie très vaste qui crée des pièces pour tous les secteurs qui ont besoin d'équipements spécifiques et sur mesure. La chaudronnerie traite principalement l'acier, le cuivre, le zinc, le plomb et le laiton, mais elle a aussi étendu son activité à l'inox, l'aluminium, le titane et même le plastique qu'elle manipule sous forme de feuilles. La chaudronnerie fournit des pièces à beaucoup de secteurs différents :

  • aéronautique et espace ;

  • agroalimentaire ;

  • énergie et chimie ;

  • manutention ;

  • traitement et stockage des gaz et des liquides ;

  • BTP et construction ;

  • industrie automobile, ferroviaire, navale ;

  • menuiserie et mobilier ;

  • électroménager.

La chaudronnerie en pratique

La chaudronnerie fut au premier plan des révolutions industrielles successives, et elle a prouvé qu'elle était capable de s'adapter en permanence. Aujourd'hui, elle bénéficie de machines extrêmement sophistiquées permettant la fabrication d'objets uniques. Un ouvrage de chaudronnerie se réalise par étapes, en combinant les techniques suivantes : découpe, traçage, cintrage, roulage, rétreinte, ouverture et emboutissage.

Les ouvrages chaudronnés sont partout même si nous n'y prêtons pas attention : grues, radiateurs, structures des murs, balustrades, voitures, structures métalliques, tuyauterie et canalisations, réservoirs, cuves, citernes, bouteilles de gaz, pièces automobiles, carrosseries ou encore appareils électroménagers.

Qu'est-ce qu'un chaudronnier ?

Le chaudronnier est un professionnel du métal et le principal artisan de la chaudronnerie. Il fabrique des objets pour différentes industries à partir de feuilles de métal. Avec ses connaissances techniques et sa dextérité, il transforme les matériaux en respectant leurs spécificités et en suivant un cahier des charges qui garantira que l'objet est aux normes. Il étudie d'abord le plan de l'objet à construire puis reporte les mesures sur la feuille de métal et procède à la découpe. Il manie différentes machines pour créer et assembler les pièces commandées en utilisant notamment la soudure ou le rivetage.

Différents types de chaudronniers

La chaudronnerie est rattachée à l'industrie au sens large mais se divise en deux branches : la chaudronnerie industrielle et la chaudronnerie d'art (création d'ornements destinés au mobilier ou à l'art). La plupart des chaudronniers sont spécialisés dans une industrie donnée, dans la création d'un objet particulier ou dans une étape de la fabrication. De plus, on leur demande parfois des compétences bien spécifiques dans les secteurs de pointe tels que la soudure nucléaire.

Voici différents types de chaudronniers :

  • chaudronnier soudeur ;

  • chaudronnier tuyauteur ;

  • chaudronnier tôlier.

Missions du chaudronnier

Le chaudronnier ne connaît pas la routine. Son métier est complet et soumis aux évolutions de l'industrie : il travaille dans un environnement qui lui permet de mettre à profit des compétences variées, de la lecture d'un plan technique à la soudure manuelle. Voici les différentes missions du chaudronnier :

  • lecture et interprétation du plan ;

  • traçage des cotes sur la feuille de métal ;

  • découpe de la feuille ;

  • façonnage par pliage, roulage, ou planage ;

  • opérations de traitement thermique ;

  • positionnement et assemblage des pièces ;

  • réalisation de finitions ;

  • contrôle de l'ouvrage terminé (conformité, normes).

Compétences

À la fois artisan et ouvrier, le chaudronnier possède un éventail de compétences pratiques et théoriques qui lui permettent de mener à bien sa mission principale : créer des pièces conformes aux demandes et qui respectent les normes de sécurité. Voici les différentes compétences d'un chaudronnier :

  • connaissance des propriétés des différents métaux ;

  • lecture d'un plan industriel ;

  • maîtrise des logiciels de CAO et de TAO (conception et traçage assistés par ordinateur) et des machines industrielles ;

  • maîtrise des différentes techniques de chaudronnerie : traçage, découpage, emboutissement, planage, formage, cintrage, pliage, roulage, soudure, rivetage et traitement thermique ;

  • connaissance et application des normes de sécurité sur le chantier et lors de la fabrication.

Profil

Un bon chaudronnier a une très bonne conception de l'espace : il doit transformer des plans en objets en respectant des proportions. Très soigneux, il fait preuve de précision dans ses travaux, car les pièces doivent être réalisées au millimètre près. Si vous souhaitez devenir chaudronnier, vous devrez également être en bonne forme physique, puisque vous travaillerez surtout debout (penché(e) sur une soudure, par exemple), souvent dans le bruit et la poussière. Il vous faudra posséder les qualités suivantes :

  • bonne conception de l'espace (visualisation, report de cotes...) ;

  • soin et précision ;

  • bonne condition physique ;

  • dextérité ;

  • esprit d'équipe.

Salaire

Selon les données d'Indeed, un chaudronnier gagne autour de 11,82 € de l'heure, selon sa spécialité. À titre d'exemple, un chaudronnier qui travaille dans l'aéronautique gagne en moyenne 33 283 € par an. Un chaudronnier soudeur gagne quant à lui autour de 11,92 € de l'heure. Selon sa spécialité et le secteur où il exerce, le chaudronnier verra son salaire fluctuer, notamment avec l'expérience.

À lire également : Découvrez combien gagne un(e) chaudronnier(ère)

Conditions de travail

Le chaudronnier travaille la plupart du temps en atelier de chaudronnerie dans une entreprise industrielle ou artisanale. Il est amené à se déplacer sur le terrain notamment lorsque les chantiers sont d'envergure : centrales nucléaires, fabrication ou réparation d'un paquebot. Il travaille en collaboration avec les autres artisans et techniciens du projet. Le travail du chaudronnier s'effectue dans des conditions parfois pénibles : bruit, poussière, chaleur, odeurs. Pour se protéger, le chaudronnier porte un équipement de sécurité complet.

Insertion professionnelle

Trouver un emploi n'est pas un problème pour les jeunes chaudronniers. Les entreprises peinent à recruter en raison de la méconnaissance générale du métier. Enfin, quels que soient vos intérêts, l'un des avantages de la chaudronnerie est qu'elle offre des débouchés dans des secteurs très variés : énergie, mobilier, industries navale, ferroviaire ou automobile.

Perspectives d'évolution

Un chaudronnier expérimenté peut devenir chef d'équipe ou contremaître dans son atelier. Il peut aussi suivre une formation continue pour devenir traceur ou dessinateur en bureau d'études, ou encore technicien. Certains chaudronniers décident encore d'ouvrir leur propre atelier : cela peut être une façon de faire progresser votre carrière, mais comme tout projet entrepreneurial, il demande d'en avoir les moyens.

Devenir chaudronnier

Pour devenir chaudronnier, vous devez posséder au minimum un niveau CAP. Selon vos ambitions, notamment si vous souhaitez à terme accéder à des postes d'encadrement, il est recommandé de poursuivre vos études jusqu'au bac + 3 voire bac + 5 (vous serez alors ingénieur dans la chaudronnerie). Voici les différentes voies qui s'offrent à vous :

Niveau CAP/bac

Les CAP, mentions complémentaires (MC) et bacs pros sont les meilleures voies pour les jeunes aspirants chaudronniers. Ils vous permettront d'être embauché(e) dans une entreprise industrielle après deux ou trois années d'études. Voici des exemples de formations :

  • CAP réalisations industrielles en chaudronnerie ou soudage ;

  • CAP composites, plastiques chaudronnés ;

  • MC (après un CAP) technicien en soudage ;

  • MC technicien en tuyauterie ;

  • MC chaudronnerie aéronautique et spatiale ;

  • bac pro technicien en chaudronnerie industrielle ;

  • bac pro technicien en réalisation de produits mécaniques ;

  • bac pro fonderie.

Niveau bac + 2

L'apprentissage de la chaudronnerie peut se faire en poursuivant avec un BTS après le bac ou après un bac pro. Voici les BTS qui forment à la chaudronnerie :

  • BTS conception et réalisation en chaudronnerie industrielle ;

  • BTS conception des processus de réalisation de produits ;

  • BTS conception et industrialisation en construction navale ;

  • BTS conception des produits industriels ;

  • BTS architecture en métal, conception et réalisation ;

  • BTS fonderie.

Niveau bac + 3

Certains chaudronniers vont jusqu'au niveau licence (bac + 3). Si tel est votre cas, vous aurez accès à des postes d'encadrement ou pourrez entrer, avec de l'expérience, dans des bureaux d'études. Vous pouvez obtenir les licences suivantes :

  • licence pro métiers de l'industrie – conception et amélioration des processus et procédés industriels ;

  • licence pro métiers de l'industrie – métallurgie, mise en forme de matériaux et soudage.

Niveau bac + 5

Si la chaudronnerie vous intéresse et que vous souhaitez pousser votre formation, vous pouvez poursuivre vos études dans une école d'ingénieur dispensant des formations en chaudronnerie. Vous obtiendrez alors un diplôme d'ingénieur qui vous permettra d'exercer dans des postes à responsabilités.

A lire également :

  • Rédiger une lettre de motivation pour être chaudronnier

  • Comment rédiger un CV de chaudronnier

Les salaires énoncés reflètent les informations sur la rémunération répertoriées sur les sites de référence au moment de la rédaction. Ces derniers peuvent varier en fonction de l’organisation qui recrute ainsi que de l’expérience, de la formation et du lieu de résidence du candidat.

Veuillez noter qu'aucune des sociétés, institutions ou organisations mentionnées dans cet article n'est affiliée à Indeed.

Découvrir d'autres articles