Comment travailler en Suisse et vivre en France ?

Par l'équipe éditoriale d'Indeed

Publié le 29 septembre 2022

L'équipe éditoriale d'Indeed est diversifiée et talentueuse. Elle est composée de rédacteurs, de chercheurs et de spécialistes qui ont accès aux données et aux informations d'Indeed pour fournir des conseils utiles afin de guider votre parcours professionnel.

Pays frontalier et multiculturel, la Suisse attire chaque année de nouveaux candidats. Profitant d'un cadre de vie agréable aux paysages époustouflants, la Suisse offre également de nombreux avantages d'un point de vue professionnel. Vous vous demandez comment travailler en Suisse et vivre en France ? Dans cet article, découvrez tous nos conseils pour préparer sereinement votre projet.

Les conditions pour travailler en Suisse et vivre en France

En travaillant en Suisse tout en résidant en France, vous obtiendrez le statut de « frontalière » ou « frontalier ». Un statut réglementé, mais pas impossible à obtenir.

La législation suisse concernant l'embauche des frontaliers

La plupart des frontaliers sont des ressortissants de l'Union européenne, mais certains Suisses font aussi le choix de poser leurs valises en France. Cette situation hybride est rendue possible grâce aux accords bilatéraux passés entre la France et la Suisse, facilitant la circulation et l'embauche des travailleurs vivant en Hexagone. Ces accords prévoient la délivrance d'un permis de travail, le permis G, strictement encadré et qui définit notamment la zone frontalière dans laquelle les travailleurs doivent élire domicile.

L'immigration des travailleurs est encadrée en Suisse, en particulier depuis 2018 : les entreprises suisses doivent s'assurer que les profils des frontaliers embauchés ne fassent pas partie des métiers touchés par le chômage. Si tel est le cas, elles doivent répondre à une obligation d'annonce et proposer les postes en question aux ORP, les offices régionaux de placement, qui disposeront alors de 5 jours pour proposer des candidats. Cependant, les entreprises recevant ces propositions de profils de la part des ORP n'ont aucune obligation de les recruter. La mesure n'a donc que peu d'impact sur l'embauche de travailleurs frontaliers.

Le statut de travailleur frontalier

Les travailleurs frontaliers sont tenus d'obtenir un permis de travail, le permis G, et seront, le plus souvent, assistés par leur entreprise d'accueil dans son obtention. Ils bénéficient ensuite d'un statut spécifique, résultant d'accords spéciaux entre les services français et suisses :

  • l'assurance maladie : vous devrez choisir entre la CMU frontalier ou la LAMal frontalier ;

  • les allocations familiales : en fonction de votre situation, vous toucherez les allocations françaises ou suisses ;

  • la retraite : habituellement, les salariés frontaliers cotisent et perçoivent la retraite suisse, mais des cas particuliers peuvent exister ;

  • l'assurance chômage : si vous vous retrouvez au chômage, résider en France vous permettra d'avoir accès aux prestations françaises.

Ces dispositions seront donc différentes en fonction de votre lieu de travail et de vie, de la politique de votre entreprise et de l'évolution de la législation au moment de votre déménagement. N'hésitez pas à vous renseigner en détail le moment venu. N'oubliez pas que votre salaire sera versé en franc suisse (CHF). Vous serez donc soumis au taux de change pour vos dépenses en Euros.

La question des impôts

Au même titre que les prestations sociales que nous venons de détailler, les règles fiscales vont changer en fonction du canton de travail et du rythme de vie : combien de jours êtes-vous en France ? Et en Suisse ? Ces cas sont complexes et très variés, et peuvent être amenés à changer. Vous pouvez vous rapprocher des autorités compétentes pour avoir les dernières mises à jour sur le sujet. La différence peut être importante : certaines combinaisons amènent à payer les impôts en Suisse, tandis que d'autres amènent à les payer en France. Le seul cas unique est celui des travailleurs résidant en Suisse la semaine entière et rentrant en France uniquement le week-end : leurs impôts devront être payés en Suisse, peu importe leur lieu de travail.

Notez que d'une manière générale, les impôts suisses sont largement inférieurs aux impôts français, allant du simple au double.

Les avantages et inconvénients du statut de frontalier

Le statut présente de nombreux avantages, ce qui explique pourquoi il est tant recherché.

Le salaire Suisse

Un des premiers avantages, sans doute le plus connu, est la rémunération. Les salaires suisses ont la réputation d'être particulièrement élevés. Le salaire moyen en Suisse s’élève ainsi à 64 824 € contre 27 721 € en France. Attention néanmoins, les écarts de salaires les plus impressionnants concernent principalement les cadres ou les professions les plus recherchées en Suisse. Pour les autres postes, les entreprises prennent en compte le fait que les frontaliers ont des charges moins élevées et leur proposent un salaire plus faible qu'aux résidents suisses. En contrepartie, notez que le salaire minimum suisse est supérieur au SMIC français. Toutefois, il sera différent dans chaque canton. Pensez donc à bien vous renseigner en amont.

Garder les habitudes de vie et les loyers à la française

Tout le monde n'est pas fait pour mener une vie d'expatrié. Grâce au statut de frontalier, vous conservez les habitudes françaises ainsi que le coût de la vie française, largement inférieur à celui de la Suisse. Attention cependant, le prix des logements proches de la frontière est généralement plus élevé que la moyenne nationale. Vous pouvez décider de vivre plus loin de la frontière, mais devrez alors assumer un trajet plus long et régulièrement embouteillé. En effet, les postes de douane effectuent parfois des contrôles aux heures de sortie de bureau, ralentissant considérablement le trafic. Habiter une ville disposant d'une gare peut être une solution intéressante.

Les conditions de travail en Suisse

Ne soyez pas surpris par le rythme de travail en Suisse : nos voisins travaillent en moyenne 41,1 heures par semaine, loin des 35 heures françaises. Les salariés sont également moins protégés en cas de licenciement : l'entreprise n'a pas besoin de motif spécifique ni de verser des indemnités de licenciement. N'oubliez pas que vous évoluerez dans une culture différente à laquelle il faudra vous adapter.

Comment trouver du travail en Suisse

Si le statut de frontalier vous a convaincu, il vous faut désormais décrocher un poste en Suisse.

Candidater pour un poste en Suisse

Qu'il s'agisse d'une candidature spontanée ou de la réponse à une offre d'emploi, vous devrez préparer une candidature adaptée aux exigences suisses. Concernant votre CV, renseignez-vous en amont sur la langue parlée dans l'entreprise. En effet, toutes les régions suisses ne sont pas francophones. Elles peuvent aussi être multiculturelles et adopter l'anglais comme langue principale. Mentionnez les langues que vous parlez et votre niveau, ainsi que toute autre expérience professionnelle dans un pays étranger. En effet, cela pourra démontrer votre aptitude à travailler dans un milieu culturel différent du vôtre et favoriser votre intégration dans l'équipe.

Que ce soit dans votre lettre de motivation ou lors d'un entretien d'embauche, préparez un argumentaire solide sur les raisons qui vous poussent à postuler en Suisse plutôt qu'en France. Les raisons financières ne doivent pas être votre seule motivation. Vous pouvez par exemple évoquer un poste rare en France.

En savoir plus :

  • Travailler à Zurich

  • Comment faire un CV suisse ?

Les réseaux de frontaliers

Des réseaux de travailleurs frontaliers ont été créés au fil des ans, tel que le GTE (groupement transfrontalier européen). N'hésitez pas à vous en rapprocher pour poser vos questions, faire connaître votre démarche et votre profil professionnel.

En savoir plus sur comment travailler en Suisse ?

Travailler en Suisse et vivre en France est tout à fait possible, mais vous devrez vous renseigner bien en amont sur les modalités qui varieront en fonction de votre lieu de travail et de vie. Un projet qui demande donc de la préparation, mais qui pourrait améliorer significativement votre niveau de vie. Poursuivez votre réflexion et découvrez comment travailler en France pour une entreprise étrangère.

Les salaires énoncés reflètent les informations sur la rémunération répertoriées sur Indeed au moment de la rédaction. Ces derniers peuvent varier en fonction de l'organisation qui recrute ainsi que de l'expérience, de la formation et du lieu de résidence du candidat.

Veuillez noter qu'aucune des sociétés, institutions ou organisations mentionnées dans cet article n'est affiliée à Indeed.

Découvrir d'autres articles

  • Guide de la formation d'animateur 3D
  • Pourquoi devenir policier ?
  • Guide de la formation de gynécologue
  • Comment choisir sa formation en musique ?
  • Formation au Power BI : le guide
  • Comment devenir professeur de mathématiques ?
  • Que fait un expert-comptable
  • Comment devenir agent des finances publiques ?
  • Comment devenir fleuriste ?
  • Comment devenir horticulteur ?
  • Guide de formation pour monteur-câbleur
  • Comment devenir moniteur d'équitation ?