Priscilla Koranteng a rejoint Indeed en tant que Chief People Officer en juin 2022. Elle fait partie de l'équipe Senior Leadership Team d'Indeed et pilote les questions liées au personnel, notamment les ressources humaines (RH), le recrutement et l'immobilier. Elle arrive au moment où l'entreprise connaît une croissance et un élan considérables, alors que nous cherchons à recruter environ 4 000 personnes au cours de l'année prochaine. De plus, elle rejoint Indeed, le premier site d'emploi au monde, au moment où de profonds changements s'opèrent sur le monde du travail. 

Nous avons échangé avec Priscilla Koranteng pour avoir son point de vue unique en tant que responsable des ressources humaines et du recrutement sur le marché du travail actuel, sur la rétention des employé·es, sur la création d'une culture diversifiée et inclusive, et sur bien d'autres sujets. 

En tant que Chief People Officer de la plus grande plateforme de recrutement du monde, que pensez-vous de l'état actuel du recrutement ? 

Le recrutement restera compétitif. Il est important de prendre en compte les souhaits et les besoins des chercheur·euses d'emploi, et de faire attention à leur impact sur le recrutement. Les régimes de travail alternatifs continueront d'être privilégiés lorsque c'est possible. Je prévois également que les candidat·es rechercheront des opportunités leur permettant une certaine flexibilité dans leur façon de travailler et quant à leur lieu de travail. J'encourage également mes collègues dans les domaines des ressources humaines et du recrutement à suivre les mises à jour de l'Indeed Hiring Lab, qui proposent des points de vue intéressants sur les facteurs qui modifient le marché de l'emploi.

Les entreprises cherchent plus que jamais à fidéliser leurs employé·es, comment s’y prendre ?

Gagner le cœur et l'esprit de vos talents est un combat quotidien. Il est important de comprendre vos indicateurs en termes de taux d'embauche, de promotions, de turn-over et de vivier de candidat·es disponibles (en fonction de votre secteur d'activité), ainsi que de suivre l'évolution des besoins de vos employé·es. Écoutez vos employé·es pour mieux comprendre leurs besoins et leurs préoccupations. Donnez aux responsables les moyens de gérer leur équipe : la gestion et l'engagement au quotidien sont des éléments clés pour créer le meilleur environnement possible pour les employé·es. Enfin, restez compétitifs. Par exemple, vérifiez en permanence les informations sur les salaires pour garantir l'équité des processus. L'équité salariale doit être une pratique permanente, et non un événement annuel. Et au-delà du salaire, pensez à la valeur ajoutée de l'emploi. En tant que dirigeant·es, demandez-vous toujours pourquoi les employé·es resteraient avec vous, ce qui nous rend uniques et ce que vous avez à leur offrir.

De nombreux employeurs travaillent activement sur le recrutement et la rétention des talents issus de la diversité. Quels conseils avez-vous à donner pour ouvrir des perspectives à tout le monde et pour créer des lieux de travail inclusifs et épanouissants ?

Ces trois dernières années, j'ai élaboré une stratégie qui favorise la diversité, l'équité et l'inclusion par une approche globale. Cela implique plusieurs éléments cruciaux. Il faut commencer par un engagement authentique de la part des dirigeant·es. Ces dernier·ères doivent se poser la question suivante : notre culture d'entreprise est-elle réellement ouverte aux différences ? Aujourd'hui plus que jamais, les employé·es et les candidat·es veulent savoir si une entreprise incarne réellement les messages qu'elle affiche sur son site web. Ils et elles s'intéressent à la composition des équipes de direction, par exemple, ainsi qu'à ce que les dirigeant·es disent et aux idées défendues. Mais ce qui est peut-être le plus important, c'est que les employeurs ne peuvent pas se contenter de déclarer qu'ils embauchent des talents issus de la diversité. Les équipes doivent réellement représenter cette diversité en termes d'origine, de genre, d'orientation sexuelle, de handicap et de milieu socio-économique.

L'une des choses qui m'ont attirée chez Indeed, c'est qu'il s'agit d'une entreprise qui ne se contente pas de dire qu'elle est engagée dans la diversité, l'équité et l'inclusion : j'ai pu voir qu'elle pratique activement ces valeurs.

Comment les talents et les professionnel·les des ressources humaines peuvent-ils contribuer à la mise en place de cultures d'entreprise véritablement inclusives qui offrent des opportunités plus équitables ? 

Pour commencer, les organisations doivent mesurer en permanence les données relatives au recrutement, à la promotion et à la rotation afin de s'assurer de la diversité au sein des équipes et que l'entreprise joint le geste à la parole. En ce qui concerne le recrutement, il faut s'assurer que les viviers de candidat·es sont diversifié·es. S'il y a des lacunes, il faut revenir en arrière et trouver d'autres candidat·es, c'est très important. Dans le même ordre d'idées, les employeurs doivent veiller à l'équité entre les employé·es, notamment en ce qui concerne l'évolution de carrière. Par exemple, ils doivent constamment vérifier qui obtient une promotion et dans quel cadre, et s'assurer que tou·tes les employé·es ont un accès similaire aux opportunités de développement professionnel. 

Comment voyez-vous la distinction entre un·e directeur·rice des ressources humaines et votre poste de Chief People Officer ? 

C'est un changement de terminologie mineur, mais important, qui reflète la façon dont les différentes entreprises considèrent la fonction qui gère tout ce qui touche aux personnes. Ces dernières années, nous avons appris que les employé·es sont plus que de simples « ressources » ou « effectifs ». Le travail d'un·e Chief People Officer consiste à observer et à penser de manière plus globale, en répondant aux besoins de tous pour s’épanouir au sein de l'organisation. Je crois que nous devons nous tourner vers une approche qui prend en compte les personnes dans leur globalité.

Vous avez eu une carrière impressionnante. Quels sont les secrets de votre réussite, et quels conseils donneriez-vous à la prochaine génération de talents ? 

Premièrement, faites ce que vous aimez. J'ai trouvé ma passion en aidant les gens en tant que responsable de ressources humaines, et je ne l'ai jamais regretté. Deuxièmement, n'arrêtez jamais d'apprendre. Apprenez-en plus sur différentes cultures et acceptez ce que d'autres personnes peuvent vous apporter. Vous apprécierez encore plus votre travail et votre vie. Troisièmement, la confiance en soi est un élément clé pour libérer les possibilités. Mon père me l'a appris quand j'étais enfant, et je transmets cet enseignement à mes propres enfants. Quatrièmement, quel que soit le travail que vous faites, donnez votre maximum et vous serez récompensé·e. 

En arrivant aux États-Unis depuis le Ghana, en passant par le Royaume-Uni, j'ai dû relever de nombreux défis : m'adapter à de nouvelles cultures, vivre dans des endroits où je me sentais toujours différente... Je dis à mes enfants que je n'avais rien en arrivant aux États-Unis. Tout ce que j'avais, c'était l'espoir d'une vie et d'une carrière exceptionnelle. Si je peux le faire, je sais que d'autres le peuvent aussi. Enfin, sachez que vous rencontrerez des difficultés. J'ai réussi, mais j'ai dû relever de nombreux défis. J'ai dû me relever et continuer à avancer, mais je suis là.


À propos de Priscilla Koranteng

Priscilla Koranteng apporte plus de 22 ans d'expérience dans la direction des ressources humaines, dans la gestion des talents et des fonctions liées à la diversité, l'équité et l'inclusion, dans des organisations multinationales, notamment Kellogg's, DXC Technology, T. Rowe Price, Booz Allen et JPMorgan Chase. Récemment, elle était responsable de l'acquisition de talents à l'échelle mondiale et responsable de la diversité chez Kellogg's, où elle dirigeait les approches des ressources humaines à l'échelle de l'entreprise et concevait sa stratégie mondiale pour la diversité, l'équité et l'inclusion. En plus de ses nombreuses réalisations professionnelles, Priscilla Koranteng est une autrice publiée et la fondatrice de la Janju Foundation, une organisation à but non lucratif qui soutient l'éducation des filles au Ghana.