Le tutoiement dans les offres est un phénomène encore minoritaire mais qui croît rapidement, au point de devenir une tendance émergente. Indeed a analysé toutes les offres d’emploi de sa plateforme française et a détecté une augmentation rapide de l’emploi du tutoiement dans les annonces.

En effet, depuis le 1er janvier 2020, le poids du tutoiement dans les annonces a quasiment doublé (+91%). En moyenne sur l’ensemble des offres, 3,2 % des annonces utilisent le tutoiement au lieu du vouvoiement ou d’un ton impersonnel. Mais la situation est très variable selon les métiers. Dans le marketing, les médias et la communication, le tutoiement est utilisé dans plus de 10 % des offres et dans près de 9 % pour les métiers « tech » du développement informatique. À l’inverse, moins de 1 % des offres dans la santé, les mathématiques et les statistiques sont concernées.

Catégories de métiersPois du tutoiement
Marketing10,3 %
Médias et communication10,2 %
Développement informatique8,9 %
Commerce de détail8,0 %
Activités sportives7,0 %
Vente et prospection commerciale6,0 %
Ressources humaines5,3 %
Hôtellerie et tourisme5,0 %
Management4,4 %
Administration système et réseaux4,4 %

Si l’usage du tutoiement peut se comprendre sur certains postes traditionnellement prisés par les jeunes (les recruteurs cherchant à rendre le poste et l’atmosphère de travail plus sympathiques et attractifs), ce choix de rédaction contribue aussi à véhiculer un message quelque peu dissuasif aux chercheurs d’emploi plus âgés. Cela peut malheureusement dissuader des candidats seniors de postuler, ceux-ci se sentant moins à l’aise dans un contexte de tutoiement.

Rappelons que le taux d’emploi des seniors est déjà faible en France comparé à celui d’autres pays d’Europe : 56 % des 55-64 ans sont en emploi en 2021 selon la Dares. Pour les 60-64 ans, le taux d’emploi tombe à 35,5 %, près de 11 points sous la moyenne de l’Union européenne.

A l’heure où le gouvernement souhaite repousser l’âge légal de départ à la retraite, les entreprises doivent se préparer à mieux intégrer les seniors. Les offres d’emploi utilisant le tutoiement n’envoient donc pas vraiment le bon signal.

Alexandre Judes, économiste au sein du Hiring Lab d’Indeed