Les difficultés de recrutement que les entreprises ont connues cette année vont-elles perdurer dans les années à venir ? Comment le vieillissement de la population va-t-il impacter l’équilibre offre-demande du marché de l’emploi ? Comment les dirigeants d’entreprise français appréhendent-ils la pénurie de talents et la baisse de l’offre de main-d'œuvre ?

Les dirigeants d’entreprise sont inquiets des conséquences économiques du vieillissement de la population

Une récente étude menée par Indeed en collaboration avec OpinionWay met en lumière l’inquiétude qui domine chez les dirigeants français dans un contexte économique (inflation, marché de travail plus favorable aux chercheurs d’emploi…) à haut risque pour leurs entreprises. 

  • 63% d’entre eux craignent de devoir faire face à un manque de main-d'œuvre dans leur secteur en raison du vieillissement de la population. 
  • 35% déclarent même le redouter beaucoup.

Une inquiétude fondée, en particulier dans certains secteurs

Le rapport Hiring and Workplace Trends 2023 d’Indeed et Glassdoor a illustré la diminution des 25-54 ans (tranche d’âge la plus “recherchée” sur le marché de l’emploi) dans la population globale de 6 pays (France, Allemagne, Royaume-Uni, Canada, Etats-Unis, et Chine), une prévision sur la période 2026-2046 :

Le déclin de cette part des 25-54 ans dans la population française sera nettement moins important qu’en Chine ou en Allemagne par exemple, mais il est à noter que la part de cette population est déjà bien moindre en France qu’en Chine, au Canada ou aux Etats-Unis.

Les départs en retraite dans les 10 prochaines années vont augmenter – parfois très significativement – dans certains métiers, en particulier pour des agents d'entretien, des enseignants, des conducteurs de véhicules ou certains types de cadres (comme l’illustre le graphique ci-dessous issu du rapport “Les métiers en 2030” de France Stratégie et de la Dares. Les barres orange représentent les postes à pourvoir à la suite de départs à la retraite) :

Le vieillissement de la population menace aussi la productivité

47% des dirigeants d’entreprise interrogés dans l’étude Indeed/OpinionWay se montrent également inquiets d’une baisse de la qualité de leur offre en raison d’une main-d'œuvre plus jeune et moins bien formée, même si 36% n’envisagent pas du tout ce scénario. 

La corrélation entre vieillissement de la population et baisse de la productivité des entreprises (et à long terme, d’un pays) est pourtant bien réelle.

Comme l’explique Alexandre Judes, économiste au sein du Hiring Lab d’Indeed : "Plus la population d’un pays vieillit, plus l'épargne est dirigée vers des actifs sans risque. L’investissement dans l’activité économique et la diffusion de l’innovation au sein des entreprises en pâtissent, et indirectement c’est la productivité (donc la compétitivité) du pays qui est menacée à long terme. Un investissement important dans la formation est nécessaire en France pour espérer compenser ces effets. La question de l'automatisation se pose aussi pour pallier le manque de main d'œuvre sur certains postes : dans l'industrie française, le taux de robotisation pourrait nettement être amélioré."

Le taux d’emploi des plus de 60 ans, un facteur clé d’ajustement au vieillissement de la population

La France figure parmi les “mauvais élèves” en ce qui concerne l’emploi des seniors, avec un taux d’emploi de 56,8% des 55-64 ans au deuxième trimestre 2022 contre 64,4% au Royaume-Uni, 73,7% en Allemagne et 62,9% comme moyenne des pays de l’OCDE – pour ne citer que ces exemples. De son côté, la Dares fait état pour 2021 (en France) d’un taux d’emploi de 75,1% chez les 55-59 ans, qui s’étiole considérablement après 60 ans pour atteindre 35,5% des 60-64 ans.

"Ce taux d'emploi est évidemment impacté par l'âge légal de départ à la retraite, plus bas en France que dans la plupart des pays européens. Concrètement, cela représente une perte de production pour l'économie et de cotisations pour le système de protection sociale, qui doit de surcroît verser plus de prestations. Une réforme des retraites, qu'elle agisse sur l'âge légal et/ou le nombre de trimestres pour bénéficier du taux plein, devra s'accompagner d'un changement d'approche vis-à-vis des seniors en entreprise pour éviter que les plus de 60 ans ne se retrouvent sans emploi. Si les dirigeants d’entreprise ont pris conscience des conséquences du vieillissement de la population française, ils n’ont pas forcément modifié leur politique d’embauche de profils seniors", analyse Alexandre Judes.